L’An 01 (1973)

Synopsis : Si on arrêtait tout, qu’on se parlait, qu’on réfléchissait, pour voir ce qu’il se passe.18931049

Après avoir pleurer les morts de Charlie Hebdo, après avoir débattu de pourquoi ?, de quelle suite à tout ça, après avoir été révolté, il nous fallait rire un peu. Parce que tout le mauvais goût, tout l’humour noir de Charlie Hebdo, on le partageait, jusque dans les unes horribles. Alors, à la maison, on a ressorti quelques livres : la pub selon Hara-Kiri, un récueil de dessin intitulé « Les années Charlie », « J’aime pas les fumeurs » de Charb, le récueil « Liberté » publié par Charlie Hebdo, avec la dédicace de Charb « La liberté, c’est bourgeois », on a écouté le CD de chants de Noël de 2008 (et je chantonne depuis 2 jours « Christmas dans ton ass »), on a regardé des vieux dessins de Reiser, j’ai presque eu envie de lire Les Ritals de Cavanna, mais faut pas déconner non plus. Et puis, on s’est regardé l’An 01, tiré de la bande-dessinée de Gébé. De temps en temps, on se refait cette petite séance ciné. Ben oui, on est des sales gauchistes chez nous. Alors, parfois, au détour de ce film, on se dit que l’on aimerait bien, un jour, arrêtez tout nous aussi.

lan01_13

Alors, qu’est-ce que c’est « L’An 01 » ? C’est un point de départ un peu fou : « Je n’ai plus envie de monter dans ce train qui m’emmène au boulot ». Tout le monde s’arrête et que devient le monde. La succession de saynètes nous le montre : une manif à vélo, la magnifique chanson des clés, faire semblant de travailler pour se souvenir. Mais aussi, on ne peut pas tout arrêter non plus. Alors on produit en une journée, suffisamment de pâtes pour tenir quelques mois. On maintient le traitement de l’eau, l’éléctricité, la TSF pour savoir ce qu’il se passe. Mais chacun a le temps : de lire, de discuter. On sourit à son voisin, on profite du contact physique de l’autre, quel qu’il soit. Bref, on savoure une utopie.

Plutôt qu’un long texte, je vous invite à profiter de la chanson des clés, par François Béranger :

Et surtout, les conspirateurs (vous reconnaîtrez le Professeur Choron, Cabu, Wolinski, Cavanna et Delfeil de Ton) :

Fiche technique

Réalisation : Jacques Doillon, Gébé, Alain Resnais, Jean Rouch

Pays d’origine : France

Durée : 87 minutes

Acteurs/Actrices : Daniel Auteuil, Josiane Balasko, Cabu, François Cavanna, Professeur Choron, Christian Clavier, Coluche, Gérard Depardieu, Delfeil de Ton, Gébé, Gotlib, Jacques Higelin, Gérard Jugnot, Stan Lee, Thierry Lhermitte, Miou-Miou, Philippe Starck, Georges Wolinski

Lien IMDB

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Ping :La Dialectique peut-elle casser des briques ? – Pichenettes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.