86. Aliens, le retour / Aliens (1986)

aliensposterSynopsis : en 2179, Ripley se réveille de son hibernation suite à la destruction de son vaisseau. Elle va être envoyée avec un équipage composé principalement de marines dans la base coloniale montée sur la planète où ont été découverts les aliens par l’équipage de Ripley mais dont personne n’a de nouvelles.

Avec un pitch du type : « Tu en as déjà chié dans le 1, mais tu y retournes dans le 2, y’a pas de raison ! », cette suite aurait pu être vraiment nulle. Sans être nécessairement en accord avec la place donnée à Aliens dans la liste des 1001 films à voir avant de mourir, je vais quand même défendre un peu cette suite.

Une des qualités de Aliens est le second degré, qui visiblement n’est pas volontaire. J’ai appris que James Cameron avait fait lire aux acteurs Etoiles, garde à vous (Starship Troopers) en plus d’un entraînement militaire obligatoire. Le réalisateur devait vraiment prendre cela au sérieux. Mais, au final, tous les personnages des marines sont des stéréotypes. Que ce soit les dialogues (« Hey Vasquez, on t’a déjà pris pour un homme. » « Non, et toi ? ») ou les attitudes (cigares, grosses poignée de mains, carrément trop de testostérone), la caricature est flagrante, sauf pour les acteurs visiblement.

aliens2

Par contre, James Cameron réussit vraiment à prendre en main la concept de l’Alien et à le remodeler à sa façon. En plus des quelques remaniements apportés par rapport aux créatures de Ridley Soctt, James Cameron ajoute une généalogie en intégrant l’Alien-mère. La présence de cette mère des Aliens ainsi que le la petite Newt, protégée par Ripley, ajoute de la psychologie à Aliens en opposant deux mères qui ne veulent que protéger leurs enfants. Cela finira par le cultissime : Get away from her, bitch ! lancé par Ripley à Maman Alien.aliens-le-retour-1986-10-g

Ces deux éléments ajoutés à la noirceur du film donne un film assez réussi mais auquel il manque la finesse d’un Ridley Scott.

Note : 7 /10 – Un bon moment.

RDV pour le prochain film : Paysage dans le brouillard (Theo Angelopoulos, 1988)

Fiche technique

Réalisation : James Cameron

Pays d’origine : Etats-Unis, Royaume-Uni

Durée : 131 minutes

Acteurs/Actrices : Sigourney Weaver, Michael Biehn, Carrie Henn, Lance Henriksen, Paul Reiser, Bill Paxton 

Récompenses : Oscar des meilleurs effets visuels en 1986, Oscar du meilleur montage son en 1986 BAFTA Awards des meilleurs effets visuels en 1986.

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.