83. Samedi soir, dimanche matin / Saturday night and sunday morning (1960)

imagesSynopsis : Arthur est ouvrier la semaine et fait la fête dans des pubs le week-end. Quand il rencontre Doreen, toutes ses angoisses existentielles et sa routine vont se retrouver chamboulés.

Samedi soir, dimanche matin s’inscrit dans la même veine cinématographique que If… , ce qu’on appelle le Free Cinéma, l’équivalent de la Nouvelle Vague française. Le but est double : modifier la conception de la réalisation cinématographique mais aussi de critiquer une Angleterre vieillissante.

Samedi soir, dimanche matin, c’est l’histoire d’un homme en colère. En colère contre sa situation sociale, contre ses voisins, contre le mec qui le bouscule dans le pub. En colère contre tout et tout le monde. Cette colère est liée à l’usine, à sa relation avec son supérieur, à l’aliénation que le travail à la chaîne provoque. Pour expulser cette colère, il y a les pubs, l’ivresse jusqu’au bout de la nuit, les conneries qui en découlent. Et à côté de ça, il y a la vie qu’on mène, que l’on doit mener. Tout ne s’efface pas le dimanche matin dans une parenthèse enchantée.

Ce film marque les débuts des films sociaux anglais, ceux de Ken Loach par exemple. Mais aussi marque une rupture entre le classicisme anglais et la volonté de changement de la jeunesse. La réalisation de Samedi soir, dimanche matin casse les codes classiques tant pour son noir et blanc très travaillé que par des prises de vues « inédites » comme dans cette scène où Albert Finney, qui interprète Arthur, tombe dans les escaliers d’un pub. La modernité de la réalisation préserve du vieillissement le film.

Une belle découverte et un Albert Finney parfait dans son premier film.

Note : 8 /10 – A découvrir sans hésitation

RDV pour le prochain film : M*A*S*H* (Robert Altman, 1970)

Fiche technique

Réalisation : Karel Reisz

Pays d’origine : Royaume-Uni

Durée : 89 minutes

Acteurs/Actrices : Albert Finney, Shirley Anne Field

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet


Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *