71. Les Lumieres de la Ville / City Lights (1931)

beezuskiddoSynopsis : Charlot tombe amoureux d’une jeune fleuriste aveugle et se fait passer pour un homme riche.

Alors que le cinéma parlant occupe toute la place depuis quelques années, Chaplin décide de rendre un dernier hommage au cinéma muet. Les Lumières de la Ville n’est pas tout à fait un film muet mais un film sonore. Chaplin fait le choix de sonoriser tous les bruits (les coups de sifflets) et de composer lui-même la musique du film.

Les Lumière de la Ville est un mélange extrêmement bien réussi de burlesque et d’émotions. Le burlesque, Chaplin connaît bien, comme dans la scène du combat de boxe inspiré de Charlot Boxeur. Ou encore la scène de l’élévateur, où le comique de répétition est poussé jusqu’au bout. Sans parler des scènes avec le milliardaire.

Mais ce que Chaplin réussit le mieux dans les Lumières de la Ville, c’est cette histoire d’amour tellement émouvante. A commencer par la scène de la rencontre, dont 342 prises ont été tournées pour réussir à rendre réel le quiproquo. Même si quelques ressorts du comique sont utilisés, le regard que Chaplin pose sur Virginia Cherill est troublant, on peut y lire le coup de foudre.

Les Lumières de la Ville est certainement le film le plus réussi de Chaplin, une déclaration d’amour à un cinéma qui n’existe plus, une déclaration d’amour au public auquel il offre tout son talent.

 

Note : 9/10 – Pour les larmes des retrouvailles.

RDV pour le prochain film : Aguirre, la colère de Dieu (Werner Herzog, 1972)

Fiche technique

Réalisation : Charlie Chaplin

Pays d’origine : Etats-Unis

Durée : 87 minutes

Acteurs/Actrices : Charlie Chaplin, Virginia Cherrill

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

 


 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.