59. The Stranger / Le Criminel (1946)

4053Synopsis : Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, l’inspecteur Wilson recherche Franz Kindler, à l’origine de l’idée du génocide, dans le petit village de Harper, où il se cache sous le nom de Charles Rankin.

Tout comme pour Sabotage, il est intéressant de voir qu’un film considéré par son réalisateur comme une « œuvre mineure » apparaisse. La volonté de Orson Welles était de montrer qu’il pouvait faire un film « classique », sans marge de manoeuvre et en respectant la volonté des producteurs. De ce point de vue, l’opération est réussie. On retrouve les plans et la construction de scénario typique du cinéma Hollywoodien. Mais, Le Criminel reste un film d’Orson Welles.

D’un scénario classique, très Hitchcockien par ailleurs, le suspense n’étant pas « qui est le criminel caché ? » mais « que va-t’il faire ? », Orson Welles réussit malgré tout à insufler une vie à ce film. Les objets surtout ont leurs importances : la valise, le jeu de dames, l’échelle. Mais surtout la magnifique horloge de l’Eglise. Des petits bonhommes en sorte et se poursuivent, comme Wilson et Kindler, mais aussi comme le destin auquel Kindler ne peut échapper.

images

La prouesse de ce film est d’être le premier a diffuser sur grand écran des images des camps de concentration. Franz/Charles se cache dans la ville de Harper et y a épousé Mary. L’inspecteur Wilson, après avoir découvert Franz, prévient la famille de Mary. Afin de la persuader de la culpabilité de son mari, Wilson décide de lui montrer des scènes de camps de concentration, l' »oeuvre » de son mari. L’héroïne se retrouve donc face à l’horreur absolue. Orson Welles parvient à mettre le spectateur à la place de Mary. C’est nous qui regardons ces images et non un personnage du film. La force qui se dégage de cette scène n’a rien de classique et ressemble bien à du Orson Welles.crimin003

Le génie d’Orson Welles frappe malgré tout le classicisme dont il peut faire preuve dans sa réalisation. Les prises de vue, le noir et blanc choisi, les petits détails font du Criminel peut-être pas un grand film d’Orson Welles mais un grand film tout de même.

 

Note : 8/10 – Un bon classique.

RDV pour le prochain film : Les Sentiers de la Gloire (Stanley Kubrick, 1957)

Fiche Technique

Réalisation : Orson Welles

Pays d’origine : Etats-Unis

Durée : 95 minutes

Acteurs/Actrices : Orson Welles, Loretta Young, Edward G. Robinson

Récompenses : Lion d’or de Venise en 1947

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.