55. Inglourious Basterds (2009)

InglouriousBasterdsSynopsis : Durant la Seconde Guerre Mondiale, Soshanna, une juive rescapé du massacre de sa famille, dirige un cinéma à Paris sous un faux nom. Elle va abriter l’avant première d’un film nazi durant laquelle des rescapés du commando des « Bâtards » vont essayer de tuer les principaux dirigeants nazis.

Après Alfred Hitchcock, Quentin Tarantino est certainement mon réalisateur préféré. J’ai adoré chacun de ses films, pour des raisons toujours différentes. Et Inglourious Basterds ne déroge pas à la règle.

 Outre la qualité de la réalisation, la première scène scotchant littéralement le spectateur, l’uchronie du scénario qui rend le final jouissif (je ne spoilerai pas, mais ça n’est pas très fidèle à l’Histoire) ou encore le casting absolument fabuleux, jusqu’aux voix off de Samuel L Jackson et Harvey Keitel, je retiens de ce film le jeu sur les langues et la culture et la beauté des dialogues qui en découlent.

Deux scènes sont particulièrement édifiantes de ce jeu. La scène de l’auberge tout d’abord : des soldats allemands se retrouvent à jouer avec une actrice espionne qui, elle, attend des espions britanniques ainsi que des hommes de la bande des « Bâtards », l’action se déroulant dans une auberge tenue par un français dont la serveuse ne parle pas allemand. On retrouve le jeu sur les gestes pour se faire comprendre, dont un trahira la couverture, le jeu sur les accents et plus particulièrement celui du britannique joué par Michael Fassbender. L’autre scène marquante est l’arrivée de trois des « bâtards », dont Brad Pitt affublé d’un accent texan à couper aux couteaux, à la première réservée aux allemands du film La Fierté de la Nation, où ils doivent parler italien, alors qu’ils n’en connaissent pas un mot. Christoph Waltz va se faire un plaisir de faire reprendre à chacun d’entre eux les quelques mots d’italien appris par coeur. On pourrait évoquer aussi Soshanna, dont on ne saura jamais si elle comprend l’allemand ou non, le passage du français à l’anglais dans la première scène, l’accent allemand très sexy de Daniel Brüh.

Pour finir, il est important de noter que Inglourious Basterds provoque un tournant dans l’oeuvre de Tarantino. C’est ici le premier film qui n’est pas déconstruit dans sa narration. Je trouve que cela a son importance car Tarantino abandonne une partie des artifices qui utilisait jusqu’à maintenant pour adopter une construction plus classique mais permettant de traiter des sujets plus « graves ». De poser sa caméra le temps d’une scène et d’exposer davantage des idées. Cela se perçoit d’autant plus dans son dernier film, Django Unchained. Mais c’est aussi le premier film qui abandonne la référence pop permanente pour passer des références qui touchent le cinéma en tant qu’art. Cela peut avoir un côté moins jubilatoire et on peut le déplorer mais la beauté de plans originaux vaut infiniment plus à mon sens.

Voilà, j’espère avoir donner envie à ceux qui ont aimé de le revoir et à ceux qui ne l’ont pas aimé de le revoir quand même !

Et juste pour le plaisir, parce que j’en pleurerai encore de rire, le magnifique : La Fierté de la Nation, réalisé par Eli Roth, et son (faux) making-of.

Note : 9/10 – De l’excellent Tarantino.

RDV pour le prochain film : Le Corbeau (Henri-Georges Clouzot, 1943)

Et clin d’oeil du hasard encore, Le corbeau est diffusé dans le cinéma de Soshanna :

vlcsnap-2013-03-23-23h14m44s174

 

 

 

 

 

 

 

Fiche Technique

Réalisation : Quentin Tarantino

Pays d’origine : Etats-Unis, Allemagne

Durée : 148 minutes

Acteurs/Actrices : Brad Pitt, Mélanie Laurent, Christoph Waltz, Michael Fassbender, Diane Kruger, Eli Roth

Distinctions : Prix d’interprétation masculine pour Christoph Waltz au Festival de Cannes, Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Christoph Waltz, OscaGolden Globes du meilleur acteur dans un second rôle pour Christoph Waltz, BAFTA Awards du meilleur acteur dans un second rôle pour Christoph Waltz

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.