25. Plus fort que le diable / Beat the devil (1953)

Plus-fort-que-le-Diable-20110312095127Synopsis : En Italie, deux couples et quatre escrocs attendent que le capitaine de leur bateau dessaoule pour partir en direction de l’Afrique.

Non, ceci n’est pas un article sur les croisières Costa.

Etrange comme film, ce n’est ni un polar, ni une histoire d’amour mais pas tout à fait une comédie non plus. C’est tout ça à la fois. Brouillon, parfois un peu  trop tiré par les cheveux.

Le côté polar est abordé avec les quatre escrocs dont un est interprété par Peter Lorre (et qu’est-ce que ça lui va bien). Ceux-ci sont en affaire avec Billy/Humphrey Bogart, charmeur et embrouilleur dans un projet de rachat d’une mine d’uranium en Afrique. Leurs plans vont non seulement être retardé par le bateau mais en plus, un couple anglais est visiblement sur le même coup qu’eux.

Le côté histoire d’amour se retrouve dans le carré amoureux qui se forme entre deux couples particulièrement mal assortis. Humphrey Bogart et Gina Lollobrigida forment un couple ultra sensuel mais dont les caractères demeurent incompatibles. Jennifer Jones s’ennuie avec Edouard Underdown, anglais tout ce qu’il y a de plus anglais. Durant ces quelques jours en Italie, les deux couples vont s’échanger, se séduire mutuellement.

La comédie est quand à elle saupoudrée sur tout le film. Le caractère des personnages force à rire, surtout celui des escrocs, comme par exemple celui qui, malgré le retard qu’il prend, refuse de prendre l’avion. Mais il y a aussi ces quelques scènes « classiques » de la comédie, notamment sur les personnages que l’ont croit mort et qui reviennent, ce qui donne lieu à des échanges verbaux assez drôles.

Cet enchevêtrement de scénario, d’histoire, de rebondissements s’expliquent par les conditions du tournage. Truman Capote, qui écrit le script du film, construit au jour le jour les scènes qui seront quasiment immédiatement tournées par John Huston. Ainsi, c’est cette ambiance un peu potache et familiale qui ressort du film. Mais, malgré une réalisation parfaite (c’est John Huston quand même) et un casting incroyable, il manque une unité scénaristique qui aurait peut-être rendu moins hésitant les dialogues et le jeu d’acteur.

Bonus : le film est disponible en téléchargement ici car il est entré dans le domaine public (Wouhou!)

Note : 7 / 10 – Une comédie « à l’américaine »

RDV pour le prochain film : La Passagère (Andrzej Munk, 1963)


Fiche Technique

Réalisation : John Huston

Pays d’origine : Etats-Unis, Royaume-Uni

Durée : 89 minutes

Acteurs/Actrices : Humphrey Bogart, Jennifer Jones, Gina Lollobrigida, Peter Lorre

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.