20 Bonus – Charlie et la chocolaterie / Charlie and the chocolate factory (2005)

18432369Synopsis : Charlie Bucket, jeune garçon issu d’une famille très pauvre, découvre un des cinq tickets d’or qui permet de visiter la merveilleuse et magique chocolaterie de Willy Wonka.

Alors, comme promis, le bonus du film de Mel Stuart : le remake par Tim Burton. Je tiens à préciser que je suis une immense fan de Tim Burton (il est important de le noter, vous ne le remarquerez pas dans les lignes qui suis). Quelques mots sur le film en lui-même pour commencer.

Tout d’abord, l’esthétique burtonesque. A mi-chemin entre le totalement génial et le totalement à gerber. Les idées de décors sont absolument superbes mais l’image de synthèse donne l’impression d’une irréalité que je ne trouve pas en adéquation avec le roman. On navigue avec les personnages comme dans un rêve. Excepté que ce rêve se doit, pour être crédible, d’être proche de la réalité. Il ne s’agit pas d’une histoire que l’on raconte (comme dans Edward aux mains d’argent ou Big Fish) mais d’une histoire que l’on vit et que l’on doit croire. Et, surtout, je trouve qu’on ne voit pas la patte Tim Burton, que ça sonne faux. Coloré à l’excès, Tim Burton ne place son univers que dans l’histoire du père de Willy Wonka. Sur le reste du film, on ne retrouve aucun des symboles de Tim Burton, ni des idées de Tim Burton.

Ensuite, le choix des acteurs. J’ai envie de dire stop. Je ne sais pas si Tim Burton a peur que sa femme ne travaille pas assez, ou si c’est parce que deux maisons, ça leur fait trop de charges. Mais, franchement, Helena Bonham-Carter, encore. Quant à Johnny Depp, ça m’embête, mais je ne peux plus voir sa tronche au cinéma. Ce n’est pas lui, ce personnage. Je ne cesserai de répéter que, quitte à faire un Willy Wonka gothique, autant prendre Marilyn Manson. Ici, Johnny Depp sonne faux, tout comme le(s) Oompa Loompa. Les enfants sont pas mal bien que je n’ai jamais trouvé à Freddie Highmore le moindre talent.

Enfin, le respect de l’histoire. A ce sujet, je suis un peu perplexe. Car si l’on excepte la liberté scénaristique prise avec le père de Willy Wonka (élément absolument sans intérêt), Tim Burton réussit là où Mel Stuart avait flanché. On retrouve donc tout les éléments du roman, le côté très enchanteur et rêveur. Et même, Tim Burton essaie de s’écarter le plus possible de la bonne leçon moraliste finale tout en en gardant l’essence.

Je finirai par quelques mots malgré tout sur Tim Burton. A quelques mois (ou plus, rien n’est annoncé encore) de la sortie de Frankenweenie, version longue de son premier court-métrage, j’ai profité de Charlie et la Chocolaterie pour faire le point sur sa filmographie, persuadée de ne pas avoir vu la plupart des films de ces 10 dernières années. Et en fait, par un processus certainement masochisme, je n’ai raté que Sweeney Todd. En repensant à toute cette filmographie, je n’ai qu’un mot qui me vient à l’esprit : dommage. Quel dommage qu’un artiste tel que Tim Burton soit incapable de se renouveler et incapable de renouveler son entourage, ses idées, ses images tout en gardant une unité esthétique qui reste son identité. Quand on voit le monde qui sépare Beetlejuice, fable glauque, série B et faite en carton-pâte et Alice au pays des merveilles, nul tant dans les décors que dans l’image, les acteurs (encore Depp-Bonham Carter), je n’ai qu’une envie : prendre ma tasse de l’Etrange Noël de Mr Jack, mes chats et me mater les Batman (ou c’est parce que je suis tombée sur Batman & Robin ce week-end).

En espérant oublier que Dark Shadows sortira pour Cannes : un Burton avec Johnny Depp et Helena Bonham-Carter !

Lien vers l’article : Charlie et la chocolaterie de Mel Stuart

Fiche Technique

Réalisation : Tim Burton

Pays d’origine : Etats-Unis, Royaume-Uni

Durée : 110 minutes

Acteurs/Actrices : Johnny Depp, Freddie Highmore, David Kelly

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.