146. La Foule / The Crowd (1928)

Synopsis : John Sims se voit prédire un grand avenir par son père dès sa naissance. Mais, à la mort de celui-ci, il devient employé dans une grande société à New York.

Je n’avais jamais entendu parler de ce film avant de le tirer au sort. Et, contrairement à d’autres découvertes, j’ai visionné un chef-d’œuvre du muet.

L »histoire, tout comme le but de ce film, est assez simple : suivre un homme et sa famille dans le combat quotidien que peut être la vie dans une grande ville. Et donc mettre en images la dualité entre l’individu et le collectif, et entre John Sims et New York. Pour avoir eu l’occasion de visiter New York, même si j’ai été étonnamment surprise de la place que l’on pouvait avoir et de la gentillesse et la prévenance des New-yorkais, cette ville est tellement grande, tellement trop. Dans la taille des immeubles, des trottoirs, des magasins, des parcs, mais aussi dans le bruit, l’agitation constante. On peut facilement se fondre dans la masse, se perdre dans la foule, et se perdre soi-même.

Deux scènes se font écho et illustrent cette dualité individu / collectif. La première dans laquelle John Sims perd son père à l’âge de 12 ans, il est porté par la foule dans des escaliers qui le mèneront à cette perte. La foule est là, bienveillante, pour le soutenir, l’aider, le porter, et surtout laisser la place pour le deuil. La deuxième dans laquelle la fille de John Sims a un accident et où ce dernier va essayer de faire taire la foule qui empêche la petite de se reposer. La foule est là pour engloutir, pour assommer, pour étouffer.

La foule est à la fois une fresque de l’individu et du collectif. King Vidor réussit, à travers des plans assez incroyable, de nous faire aimer et détester New York. Mais, La foule est aussi une très belle histoire d’amour, et surtout la démonstration que l’on ne doit pas se laisser porter par la foule mais justement se battre pour garder sa personnalité, ses envies, ses espoirs.

Note : 9/10 – Les Sims, 99€ seulement l’option « foule étouffante »

RDV pour le prochain film : La Bataille de San Pietro (John Huston, 1945)

Fiche technique :

Réalisation : King Vidor

Scénario : King Vidor, John V. A. Weaver, Harry Behn

Pays  : Etats-Unis

Durée : 98 minutes

Distribution : Eleanor Boardman, James Murray, Bert Roach, Estelle Clark,  Daniel G. Tomlinson, Dell Henderson, Lucy Beaumont, Freddie Burke Frederick, Alice Mildred Puter

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *