105. Le Septième Sceau / Det sjunde inseglet (1957)

25726Synopsis : un chevalier et son écuyer rencontrent la Mort sur la plage déserte. Le chevalier entamera une partie d’échecs avec cette dernière pour essayer de trouver les réponses à toutes ces questions qui l’obsède.

Certainement le film le plus connu de Ingmar Bergman, la partie d’échecs étant devenu une de ces scènes classiques parodiées à outrance.

J’aime beaucoup Bergman, mais j’avoue avoir eu beaucoup de mal avec Le Septième Sceau lors de mon premier visionnage il y a quelques années. J’étais donc un peu sceptique à l’idée de le revoir. Mais les années passant, la philo de terminale et les visionnages d’autres oeuvres de Bergman aidant, j’ai finalement pris pas mal de plaisir à revoir ce monstre du cinéma.

Je ne disserterai ici ni sur le discours métaphysique, après tout nous restons sur les thèmes chers à Bergman : la vie, la mort, la religion; ni sur la réalisation en tant que telle, mais j’envie toujours le symbolisme de ces films qui font le cinéma. Comme je l’ai cité au-dessus, il y a bien entendu la partie d’échecs entre notre croisé rentrant chez lui après 10 ans d’exil et la Mort. Mais la scène qui pour moi synthétise aussi bien le discours que la réalisation de Bergman est la scène de la danse macabre.

7eme-sceau-1957-06-g

Bien que j’essaie d’éviter les spoilers en temps normal, cette scène finale est de toute beauté. La Mort rattrape le chevalier qui cherchait des réponses tout comme l’écuyer qui ne croyait plus en rien. Les seuls personnages à échapper à cette danse sont le couple de comédiens, qui savent profiter des plaisirs simples de la vie. Toute l’esthétique bergmanienne peut se retrouver dans ce plan. La distance de film, la photographie, la lumière incroyable. Cette image m’a tout de suite fait penser à La Danse Macabre vue à La Chaise Dieu cet été.

jpg_Danse_macabre_panneau_1

Note : 9 /10 – Un classique, ni plus ni moins.

RDV pour le prochain film : Les Rois du Désert (David O. Russell, 1999)

Fiche technique

Réalisation : Ingmar Bergman

Pays d’origine : Suède

Durée : 96 minutes

Acteurs/Actrices : Max von Sydow, Gunnar Björnstrand, Bengt Ekerot, Nils Poppe

Récompenses : Prix spécial du jury au Festival de Cannes en 1957

Lien IMDB

Cliquez ici pour découvrir le projet

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *